En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Gonzales Coques

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre flamand (Anvers 1618  – id.  1684).

Surnommé par ses contemporains " le petit Van Dyck ", il fut surtout peintre de portraits et de groupes de personnages en pied présentés à une échelle réduite dans l'esprit des scènes de genre. Élève de Pieter Bruegel III en 1626-27, puis de David Ryckaert II, dont il épousa la fille en premières noces, il fut reçu franc maître à Anvers en 1641. Il voyagea en Angleterre et en Hollande et participa dans ce dernier pays, de 1645 à 1648, à la décoration de la Huis ten Bosch à La Haye, pour laquelle il exécuta des peintures mythologiques et allégoriques. En 1648, il était à Anvers, où on le retrouve doyen de la corporation de Saint-Luc en 1665-66 et en 1680-81. En 1671, il était nommé peintre de cour par le gouverneur des Pays-Bas, le comte de Monterey. Très en vogue dans les familles patriciennes d'Anvers, Coques produisit beaucoup et on lui attribue de nombreux tableaux (musées d'Anvers, de Bruxelles [M. R. B. A.], de Londres [N. G.], de Paris [Louvre], de Kassel, de Nuremberg), dont bien peu cependant sont signés. Parmi eux, le plus charmant est le Jeune Savant et sa sœur (1640, musée de Kassel), d'une exécution fine et harmonieuse. La même facture délicate se retrouve dans la Famille Van Eyck (1640, musée de Budapest) ou le Repas d'artistes (Paris, Petit Palais), la même recherche d'une atmosphère familière et poétique dans le Groupe de famille de Londres (1647, Wallace Coll.). Coques travailla parfois en collaboration avec plusieurs artistes tels que J. d'Arthois, J. Wildens ou P. Bout. Il eut pour élèves C. Van den Bosch et F. Verdussen.