En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles Conder

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre britannique (Londres 1868  – Virginia Water, près de Windsor, 1909).

Ce fils d'ingénieur, descendant direct du sculpteur Roubiliac, après une enfance passée aux Indes et en Angleterre, émigre en Australie en 1883. Il travaille à Melbourne, puis à Sydney, à l'Illustrated Sydney News, tout en continuant à peindre, influencé alors par le style impressionniste de Girolamo Nerli, et expose avec les impressionnistes australiens à Melbourne en 1889. De retour en Europe en 1890, il travaille à Paris à l'Académie Julian et à l'atelier Cormon, où il rencontre Toulouse-Lautrec et Anquetin. Il découvre la beauté de la vallée de la Seine : Printemps (1892, Londres, Tate Gal.). Sous l'influence des peintres français du xviiie s. (Watteau, Saint-Aubin) et celle de l'art japonais et chinois, il commence, en 1893, à dessiner et à peindre des éventails, généralement sur soie blanche (l'Excursion romantique, 1899, Londres, Tate Gal.). Il peint également à l'aquarelle sur support de soie (l'Oiseau bleu, 1895, Melbourne, N. G. of Victoria). En 1893, il est reçu membre associé de la Société nationale des beaux-arts et membre du New English Art Club ; en 1895, il réalise une décoration sur panneaux de soie et quelques dessins pour la Maison de l'art moderne de Bing. S'il retourne s'établir à Londres en 1897, il fera cependant de fréquents voyages à Paris et à Dieppe. Sérieusement malade en 1906, il est obligé d'abandonner la peinture. Ses derniers travaux montrent un style plus robuste et plus naturaliste (Swanage Bay, 1901, Londres, Tate Gal.).