En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Geneviève Claisse

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Quiévy 1935).

Dans la seconde moitié des années 50, Geneviève Claisse produit, sur carnets, des Suites, très dynamiques, relevant presque de l'animation, vives de courbes et de couleurs. Puis, jusqu'en 1962, ses compositions, dominées par l'angle droit et le cercle, semblent être une vérification personnelle des acquis de l'abstraction constructive. L'espace saturé laisse peu à peu apparaître le blanc comme fond. À ce titre, Jet de pierre (1962, Le Cateau-Cambrésis, musée Matisse) est une œuvre de transition par l'irruption de lignes obliques, segments de courbes et une gamme encore plus réduite (deux bleus, noir et blanc). Au milieu des années 60, triangle et cercle deviennent, traités séparément, son seul vocabulaire formel qui l'introduit dans des recherches cinétiques appliquées aux surfaces. Ce sont, en 1967-1969, les compositions sérielles de cercles (H jaune, 1970) dont le principe sera repris, en 1971-72, dans les permutations de carrés de la série " A. D. N. ". Toujours caractérisé par une austérité de la gamme colorée, le travail de Claisse en est venu à éliminer la couleur, comme pour mieux servir son cinétisme avec, depuis le milieu des années 70, le seul jeu géométrique des lignes noires sur fond blanc (Chemin lissé, Plénitude, 1994). Elle n'en continue pas moins à présenter des formes géométriques de couleurs peintes à l'acrylique ou à l'huile sur ses toiles (Fluctuation en suspens, Plénitude, 1992 ; Transparence, rupture de champ, 1992). Comme nombre d'artistes abstraits constructifs, Claisse s'est montrée soucieuse d'inscrire son œuvre dans l'espace public par les réalisations murales, les agencements, la sculpture, le mobilier. Régulièrement exposée à Paris par la gal. Denise René, notamment en 1994, Claisse a eu une rétrospective au musée Matisse du Cateau-Cambrésis en 1989.

Son œuvre est conservée dans les musées français, suisses et américains.