En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Léon Chwistek

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et écrivain polonais (Cracovie 1884  – Moscou 1944).

Dès 1902, Chwistek suit des études poussées de logique mathématique tout en apprenant le dessin et la peinture. Les artistes de Cracovie constituant l'avant-garde polonaise le reconnaissent comme théoricien leader des Formistes à partir de 1917. L'influence du cubisme et du futurisme se ressent dans ses peintures — particulièrement en ce qui concerne la composition (l'Escrime, 1919) —, dans ses projets architecturaux, ainsi que dans ses nombreux écrits, dont ceux édités par la revue Formis'ci (1917-1921). Rapidement, un combat théorique au sein du groupe l'oppose à Witkiewicz, ce qui engendre la désintégration du mouvement en 1922. Il rédige seul son manifeste pictural (le Strefizm, 1925), où il prône une interprétation sensuelle de la nature. Dès le début des années 1930, des publications variées constituent son activité essentielle. Il s'affirme tout à la fois écrivain (son roman les Palais de Dieu sort en fragments entre 1934 et 1939), philosophe concerné par des recherches sur la culture de masse (Problèmes de la culture spirituelle en Pologne, 1933), et éminent logicien (son essai The Limits of Science est publié en 1948 à New York et à Londres).