En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Frederick Edwin Church

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Hartford, Conn., 1826  – New York 1900).

Formé d'abord localement, il fut remarqué par le mécène et collectionneur D. Wadsworth, qui lui permit d'aller étudier avec Thomas Cole, dont il fut le dernier élève, avant de se rendre à New York, à la N. A. D. (1845). Il en fut élu associé (1849) puis membre. Il élargit le cadre géographique de l'Hudson River School aux dimensions du monde connu. Auteur de paysages panoramiques gigantesques, d'une très grande minutie d'exécution, il voyagea en Amérique du Sud (1853), aux Antilles, au Labrador (1861), puis il visita l'Etna, le Parthénon, Jérusalem et Baalbek (1867). Influencé par le Cosmos de Humboldt (1847), il considéra la peinture comme un instrument scientifique d'exploration du monde en même temps qu'un moyen d'éducation pour une symbolique théologique. Il réunit souvent dans ses toiles différents points de vue sur un même site. Son succès fut immense à partir de Niagara (1857, Washington, Corcoran Gal. of Art) ; le Crépuscule dans la nature sauvage (1860, musée de Cleveland) représente au mieux sa conception de la nature, qui est un reflet de la présence divine. Church se préoccupait beaucoup de la présentation de ses toiles (ainsi que l'a montré l'exposition rétrospective de la N. G. of American Art de Washington en 1987-88). Une arthrose de la main l'obligea à se rééduquer pour continuer à peindre (1877), mais son succès déclina rapidement après 1880 et il mourut oublié. Son œuvre est aujourd'hui réévaluée.