En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Chalette

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Troyes 1581  – Toulouse 1644).

Il travailla dans sa jeunesse à Gênes, à Milan, à Turin et à Mantoue, où il a pu rencontrer Frans II Pourbus. Après avoir traversé Aix-en-Provence, où il dessine pour Peiresc les Astra Medicea (1611, Carpentras, bibl. Inguimbertine), il s'établit à Toulouse (1612) et épouse Françoise, fille de Josué Parier, peintre du Puy, Chalette a exécuté les portraits des Capitouls (magistrats toulousains), depuis ceux de 1610-11 jusqu'à l'année 1641-42 ; on conserve ceux de 1622-23, peints aux pieds du Crucifix (musée de Toulouse) et, sur vélin, 11 portraits collectifs de petit format (Toulouse, musée et Archives municipales ; musée de Troyes). Il a peint la Sainte Famille, la Vierge aux prisonniers, les portraits d'un Mainteneur des jeux Floraux sous la figure d'Apollon (1635, musée de Toulouse), de Pierre Godolin (Académie des jeux Floraux), de François Sanchez, gravé par Michel Lasne (1636). De ses projets de décorations ne subsistent que deux dessins au musée Paul-Dupuy : pour le grand Consistoire avec les Capitouls de 1629-1630 et pour la Maison navale d'Anne d'Autriche (1632). On a pu comparer le style de Chalette à celui de certains peintres qui ont travaillé en Espagne : Orazio Borgianni, Antonio Moro, Mateo Cerezo ou Juan de Zariñena.