En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marcelle Cahn

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Strasbourg 1895  –Neuilly-sur-Seine 1981).

Ayant étudié à Berlin dans l'atelier de Lovis Corinth et fait connaissance des œuvres des artistes du Sturm avant 1914, elle s'est rendue après la guerre à Zurich, où elle a rencontré en 1923 Edvard Munch. Elle vint s'installer ensuite à Paris et suivre les cours de l'Académie moderne dans l'atelier de Fernand Léger et d'Amédée Ozenfant. Influencée par le Purisme, elle crée un style personnel (Femme et voilier, M. A. M., de Strasbourg) qu'elle va conduire jusqu'à l'Abstraction (Composition abstraite ou Le Lavabo, 1925, musée de Grenoble). Elle rencontre Mondrian, se lie avec Jean Arp et en 1930 devient membre du groupe Cercle et carré, formé par Michel Seuphor et Torres-Garcìa en 1929. Peu après, elle quitte Paris pour Strasbourg.

À la fin de la guerre, elle s'installe de nouveau à Paris et participe régulièrement au Salon des réalités nouvelles fondé en 1946, où elle montre des compositions abstraites fondées principalement sur l'utilisation de lignes noires continues qui créent des rythmes et engendrent des formes sur un fond blanc.

Au cours de ses dernières années, elle s'est consacrée à la pratique du collage dans un esprit très constructiviste et a réalisé de petits assemblages dans l'espace, dont il sera exécuté, en 1976, une sculpture au format monumental dans le collège d'Is-sur-Tille (Côte-d'Or). Une exposition itinérante organisée par le C. N. A. C. (1972-1974) a confirmé la personnalité de cette artiste modeste mais authentiquement originale par le style très pur qu'elle a atteint dans la création abstraite.

Elle est représentée notamment à Paris (M. N. A. M.) et dans les musées de Strasbourg, de Lille et de Grenoble.