En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Rudolf Byss ou Johann Rudolf Bys

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre d'origine suisse (Coire  1660  – Würzburg  1738).

Il fut formé à Soleure par son père Joseph, aux côtés de ses trois frères. Selon son propre témoignage, il parcourut l'Allemagne, la Hollande et l'Angleterre avant de venir s'installer en 1689 à Prague. Il fut d'abord directeur de la galerie de tableaux du comte Czernin, mais son activité picturale devint très vite importante et influença le jeune Peter Brandl. En 1704, il se rendit à Vienne pour exécuter des fresques commandées par la famille impériale. En 1707, il séjourna à Rome. En 1713, il devint peintre de la cour du prince-évêque à Bamberg. À partir de 1716, il dirigea la décoration de diverses résidences, en particulier celle de Pommersfelden ; il rédigea le premier catalogue de musée allemand pour la galerie de ce château. De 1723 à 1731, il travailla tour à tour à Vienne, Breslau, Göttweig et Göllersdorf, puis dirigea la décoration intérieure de la Résidence de Würzburg. Le style rococo illusionniste de ses grandes décorations, qui reflète aussi le goût bolonais et romain, contraste assez fortement avec ses natures mortes en trompe-l'œil (Buste d'enfant dans une niche décorée de fleurs, 1695, Augsbourg, Staatsgalerie) où Byss apparaît comme l'émule des grands peintres de fleurs flamands, Daniel Seghers et Rachel Ruysch en particulier. Sa prédilection pour les couleurs locales prononcées et son goût du détail le font apparaître comme le dernier représentant d'une tradition fortement archaïsante.