En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bernardino Butinone

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Treviglio v.  1450 ; documenté de 1484 à 1507).

Ses deux œuvres principales : le grand polyptyque de l'église S. Martino de Treviglio (commandé en 1485, non achevé de payer en 1507) et les fresques (Scènes de l'histoire de saint Ambroise, chapelle Griffi de l'église S. Pietro in Gessate à Milan, 1489-1493), très endommagées en 1943, ont été réalisées avec la collaboration d'un autre peintre de Treviglio, Bernardino Zenale, avec lequel Butinone travaille de manière régulière à partir de 1485. Dans cet ouvrage commun, Butinone représente essentiellement l'apport des écoles de Padoue et de Ferrare. Après une première période influencée par Foppa, mais où se retrouvent toujours des réminiscences padouanes (triptyque avec la Madone, saint Vincent et saint Bernardin, date peu lisible, faussement déchiffrée 1484, Brera), cette tendance s'affirme dans une série de petits panneaux avec des Scènes du Nouveau Testament (Londres, N. G. ; musées de Vicence, de Bergame, de Brooklyn, de Chicago, d'Édimbourg, de Pavie : coll. part.) et dans 2 grandes " pale " avec la Madone sur un trône (Milan et Isola Bella, coll. part.). Butinone fut le principal intermédiaire entre la culture ferraraise et les Lombards de la fin du xve s. et du début du xvie, de Bramantino à Gaudenzio Ferrari.