En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Wilhelm Busch

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Dessinateur et peintre allemand (Wiedensahl, près de Hanovre, 1832  – Mechtershausen, près de Seesen, 1908).

Busch est l'humoriste le plus populaire et le plus important de l'Allemagne du xixe s. Formé tout d'abord à l'Académie de Düsseldorf, il entra en 1852 à l'Académie royale des beaux-arts d'Anvers, dans l'atelier de Wappers ; là, il fut profondément marqué par les maîtres du xviie s. (Rubens, Brouwer, Téniers et surtout Hals). À Munich où il fut élève à l'Académie en 1854, il adhéra à l'association des artistes Jung München, qui publia ses premières caricatures. Ses histoires en images parurent d'abord dans Fliegende Blätter (l'Hiver dur, 1858) et dans Münchener Bildermorgen. En 1865, la publication de Max und Moritz le rendit célèbre. Tout en conservant un atelier à Munich, Busch se retira dans son village natal, qu'il ne quitta qu'en 1898 pour Mechtershausen. Il y réalisa ses histoires les plus connues : Saint Antoine de Padoue (1870), Die fromme Helene (la Pieuse Hélène, 1872), Tobias Knopp, Julchen (1876), Fipps der Affe (Fipps le Singe, 1879), Plish und Plum (1882), Balduin Bählamm, Maler Klecksel (le Peintre Klecksel, 1884). Satiriques, elles dénoncent l'imperfection du caractère humain, bien au-delà de la petite bourgeoisie du Biedermeier, où l'artiste les a situées. Son observation aiguë trahit le pessimisme d'un Schopenhauer, souvent atténué par un humour noir. Le dessin au trait, ferme et simplifié, qui se prête aussi à des flexions expressives, est accompagné par des vers devenus des citations célèbres. Busch, qui continua de peindre, cacha au public ses tableaux, qui ne furent connus qu'après sa mort. Ce sont des paysages et des personnages dans l'esprit hollandais, traités d'une touche libre et véhémente, et imprégnés d'une atmosphère lumineuse. Il a laissé une autobiographie (Was mich betrifft, 1886, Frankfurter Zeitung) reprise en 1893-1894 (Von mir über mich). Son œuvre dessiné et peint est conservé au Wilhelm Busch Museum, fondé en 1937 à Hanovre.