En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alberto Burri

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Città di Castello 1915  – Nice 1995).

Après une formation de type scientifique, il effectue ses premières recherches picturales en 1944, durant sa détention aux États-Unis. Établi à Rome en 1948, il développe après 1950 la technique du collage et introduit dans sa peinture l'utilisation d'éléments hétéroclites empruntés à la réalité quotidienne : matières vulgaires dégradées par l'usage tel que bois brûlé et chiffons (première série des Tableaux noirs), toile à sac lacérée et papier calciné (série des grandes Toiles à sac, 1952-1956, auxquelles il ajoute de vastes taches rouges). Ses recherches, qui intéressent immédiatement la critique, font naître des rélexions sur l'" esthétique du déchet ", déterminantes pour l'Art brut et le Nouveau Réalisme. Entre 1950 et 1960, la peinture d'avant-garde européenne, et surtout la peinture espagnole, est particulièrement sensible à cette nouvelle forme de langage pictural. À cette époque, il s'établit un étroit courant d'échanges entre l'œuvre de Burri et les mouvements les plus avancés de la peinture : son itinéraire correspond à l'évolution de l'Art brut, du Tachisme et de l'Informel. Il assimile et développe ces expériences en les soumettant toujours à une rigoureuse logique picturale et conserve au tableau sa signification traditionnelle. À partir de 1956, il inaugure le thème des Combustions en même temps que la série des Fers ; dans ses œuvres plus récentes, il utilise même les matières plastiques, qu'il intègre dans ses compositions. Burri atteint alors un équilibre personnel entre le geste fortuit et un savant support formel (Grand Blanc plastique, 1969). Après ses travaux sur l'argile séché et crevassé, ses œuvres des années 70 et 80 à base de Cello-tex retrouvent curieusement l'usage de certains motifs graphiques traditionnels (spirale) ou présentent sous forme stylisée des évocations du corps féminin ou de motifs sexuels. Fondateur du groupe Origine en 1951, il a participé à toutes les manifestations du mouvement. Il expose d'abord à Rome en 1947 (gal. Margherita), puis à New York (gal. Marlborough) et à Paris (gal. de France). Une première rétrospective a eu lieu en 1960 à la Biennale de Venise, suivie notamment en 1972 par celles de Turin et de Paris. Burri est représenté dans la plupart des grands musées des États-Unis (Cambridge, Mass., Fogg Art Museum ; Pittsburgh, Museum of Art et Carnegie Inst. ; Buffalo, Albright-Knox Art Gal.) et d'Europe (Londres, Tate Gal. ; Rome, G. A. M. ; Paris, M. N. A. M.).