En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Peter Brüning

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Düsseldorf  1929  – Ratingen –  1970).

Après avoir étudié de 1949 à 1952 chez Baumeister à Stuttgart, il séjourne deux ans à Paris, puis en 1961 à Rome. Brüning fait partie, à Düsseldorf, du " groupe 53 " dans lequel on retrouve Konrad Klapheck et Otto Piene. Attiré d'abord par l'abstraction lyrique, il réalise de nombreux tableaux dans lesquels le geste de l'artiste suscite et crée l'espace. Après 1961, Brüning dépasse l'écriture et aboutit au signe. En 1964, l'iconographie de la carte routière lui fait découvrir une nouvelle illustration du paysage (série des Légendes). À partir de 1967, dans la série Superland, des formules cartographiques rehaussent des photos de panoramas. En outre, le signe formel se concrétise, devient objet plastique (Moulins des routes, monument d'autoroute près de Wuppertal, 1968) ou boîtier lumineux. Grâce à la cartographie, où les signes sont à la fois porteurs d'information et figures plastiques autonomes, Brüning parvient à unir l'Op'Art au pop art sans abandonner ses propres réalisations dans le domaine de l'Informel.

L'artiste a participé à de nombreuses expositions collectives, notamment la Documenta II, III et IV, et plusieurs rétrospectives lui furent consacrées, notamment à Düsseldorf en 1970, Mannheim en 1971 et Bonn en 1972.