En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bartholomäus ou Barthel Bruyn

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Wesel [?]  1493  – Cologne  1555).

Dernier artiste notable de Cologne à l'époque qui fait la transition entre le Moyen Âge et la Renaissance, Bartholomäus Bruyn a travaillé toute sa vie dans cette ville ou dans les environs.

Auteur de tableaux religieux et de portraits, il se forma sous l'influence de peintres néerlandais comme Jan Joost Van Kalcar, Joos Van Cleve et fut par la suite marqué par l'italianisme d'un Scorel ou d'un Heemskerck. Ses grandes compositions religieuses (Retable de la cathédrale d'Essen, 1522-1525 ; Retable de la Crucifixion, 1548, cathédrale de Cologne), à l'imitation des maniéristes nordiques, cèdent le plus souvent à la surcharge et à l'ostentation, mais valent par la précision des physionomies (Retable de la cathédrale Saint-Victor de Xanten, 1528-1535). Bruyn, en effet, se révèle un portraitiste sincère et vigoureux : ses effigies des patriciens colonais, au réalisme intransigeant, restituant l'individualisme du modèle (Johann von Rheidt, 1525, musées de Berlin ; Arnold von Brauweiler, 1535, Cologne, W. R. M.), témoignent d'une probité et d'une finesse d'interprétation dans la meilleure tradition du portrait flamand du xve s. (Philipp von Gail et Katharina von Gail, diptyque peint vers 1536-1537, Louvre). Leur exceptionnelle valeur documentaire fait de Bruyn le meilleur historiographe de la bourgeoisie de Cologne, au même titre que Cranach pour les princes de Saxe ou Holbein pour la cour d'Angleterre.

Son fils, Bartholomäus Le Jeune (1530-1610) , dirigea un atelier à Cologne.