En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

José Manuel Broto

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol. (Saragosse 1949).

Broto abandonne des études de magistrature et se consacre à la peinture dès la fin des années 60, période au cours de laquelle il réalise des toiles d'inspiration constructiviste. Il s'installe à Barcelone en 1972. Aux côtés de Javier Rubio, de Gonzalo Tena et de Xavier Grau. José Manuel Broto représente une jeune génération d'abstraits dont les œuvres sont exposées à Saragosse (gal. Atenas, 1974), à Barcelone (gal. Maeght, 1976), à Valladolid (gal. Durango, 1976).

Influencé par la peinture minimaliste américaine de Ryman et de Reinhardt, Broto propose des tableaux blancs puis des peintures noires sur papier (1978). Après 1979, il découvre les qualités propres de la couleur et développe une peinture abstraite, plus expressionniste (Rosa, Apache, 1981) qui le rapproche des expériences de Clyfford Still, de Robert Motherwell ou de Joan Mitchell. À la suite d'un voyage en Italie en 1982, le peintre introduit dans ses toiles des formes architecturales monumentales (colonnes tronquées, ruines...). Cet hommage au passé est une étape qui lui permet d'aborder dès 1984-85 une recherche plus personnelle à travers la peinture d'un univers de signes mi-abstraits, mi-figuratifs (La Puerta, 1987). En 1985, il s'installe à Paris, rejoignant de plus jeunes artistes espagnols comme Barceló ou Sicilia, qui n'hésitent pas à le reconnaître comme l'un des Espagnols les plus marquants de sa génération. Broto travaille jusqu'en 1987 dans un atelier à Montrouge, en banlieue parisienne, alors que ses peintures sont exposées à Amsterdam (gal. Laurens A. Daane, 1986), au Danemark (gal. Moderne, Silkeborg, 1987), à New York (gal. Germans Van Eck, 1986). En 1987, le M. E. A. C. de Madrid lui consacre une importante exposition personnelle et il a réalisé une peinture murale pour le pavillon aragonais de l'Exposition universelle de Séville. Le Centro de Arte Reina Sofia lui a consacré une exposition en 1996. Ses œuvres ont été acquises par les musées de Cuenca, de Marseille, par la fondation March, le M. E. A. C. de Madrid, le Metropolitan Museum de New York.