En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicolas Guy Brenet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Paris 1728  –id. 1792).

Fils du graveur en médailles Guy Brenet, Nicolas fut formé dans l'atelier de Boucher et se rendit à Rome en 1756. L'Académie lui ouvrit ses portes en 1769, mais dès 1763 il devait participer régulièrement au Salon comme " peintre d'histoire ". Ses nombreuses compositions profanes sont consacrées non seulement à l'allégorie (six toiles, 1769, du palais de justice de Douai) ou à l'histoire romaine (l'Agriculteur romain, 1777, musée de Toulouse ; Metellus condamné à mort par Auguste, 1779, musée de Nîmes), mais aussi à l'histoire nationale (Mort de Du Guesclin, 1777, Louvre ; Saint Louis rendant la justice, 1785, hôtel-Dieu de Compiègne). Ses toiles à sujets religieux, non moins nombreuses (bel ensemble à l'église Saint-Jacques de Compiègne), l'ont fait comparer par ses contemporains à Le Sueur. Ses solides compositions, au coloris quelque peu assourdi, assez mouvementées, bien que le geste soit toujours peint comme à l'arrêt, le mettent au rang des meilleurs peintres d'histoire de la seconde moitié du xviiie s.