En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Christian Brand

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur autrichien (Vienne  1722  – id.  1795).

Il fait ses débuts dans l'atelier de son père, Christian Hilfgott Brand, peintre de paysages installé à Vienne depuis 1722. En 1740, il est élève de l'Académie de Vienne. De 1751 à 1756, il séjourne en Hongrie. Il est nommé peintre de la cour de Vienne en 1766. En 1769, il entre à l'Académie, où il devient professeur en 1771. Ses nombreux paysages de petit format sont construits sur le schéma du paysage idéal (arbres formant coulisses, diagonale de la route ou du cours d'eau fuyant vers l'horizon), agrémenté de ruines, d'animaux et de figures au coloris chaud, dans une atmosphère légère et vaporeuse (Paysages, musée de Graz). L'influence française s'y perçoit. Parfois, Brand abandonne la composition décorative stéréotypée pour peindre des paysages d'après nature (le Danube près de Vienne, 1787, Vienne, Österr. Gal.), où une nature plutôt hostile et dure n'est pas l'expression de sentiments romantiques mais offre un contraste avec le monde des Hommes, ou bien encore un Orage sur la côte (musée de Graz), conformément au goût pour les scènes de catastrophes naturelles. On lui doit également une série de 4 Scènes de chasse au héron à Laxenbourg, commandée par l'empereur en 1758 (Vienne, Österr. Gal.), des portraits de petit format (Portrait d'un officier, musée de Graz), des animaux (Cerf, 1759, id.) et des gravures de paysages.