En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Martha Boto

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur argentin d'origine espagnole (Buenos Aires 1925-Paris 2004).

Après des études à l'École des beaux-arts de Buenos Aires, elle entre en 1947 à l'Académie supérieure des beaux-arts " Ernesto de la Carcova ". En 1956, elle participe avec le sculpteur Gregorio Vardanega, son mari, à la fondation du groupe des Artistes non figuratifs argentins, avant de s'installer à Paris en 1959. Ses études sur l'esthétique de la lumière et du mouvement la conduisent, en 1957, à créer des structures et des mobiles transparents. En 1960, Martha Boto participe à la première Biennale de Paris, où elle expose ses œuvres cinétiques. Véritables machines en mouvement, ses tableaux-sculptures, fourmillant de disques métalliques, de colonnes transparentes et de boules d'acier, diffractent la lumière, diffusent des reflets, multipliant les graphismes lumineux. De 1972 à 1978, elle se consacre à la peinture : superpositions de trames et cercles concentriques. À partir de 1979, ses œuvres sculptées témoignent d'une nouvelle recherche : figures blanches (Vallée, 1982), rythmes ondulés (Écumes, 1979). Depuis 1983, Martha Boto poursuit ses travaux dans le domaine de la peinture et propose une interprétation de l'énergie en mouvement permanent dans l'espace au moyen d'une multitude de petits points en fuite.

Elle participa à l'exposition " Lumière et mouvement " au M. A. M. de la Ville de Paris et à de très nombreuses manifestations internationales, avec le concours de Denise René. Ses œuvres sont présentées au M. A. M. de la Ville de Paris.