En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

François Bonvin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Vaugirard 1817  – Saint-Germain-en-Laye 1887).

Fils d'un garde champêtre, il reçut son premier enseignement de peintre dans des cours du soir gratuits. L'influence de Granet, dont il suivit les conseils, et plus encore celle des Hollandais copiés au Louvre se rejoignent dans son œuvre. Il se plut à la représentation de scènes de genre conventuelles (le Réfectoire, 1872, Orsay), de scènes d'école ou d'intimité domestique empreintes de recueillement, voire de mélancolie. Une touche plus hardie marque ses natures mortes (Orsay), où il exprime davantage de personnalité et de subtilité. Ami de Courbet, il s'associa par l'esprit au mouvement réaliste sans y prendre part. Frappé de cécité, il mourut dans la détresse.