En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giovanni Antonio Boltraffio

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Milan ? 1467/1471  – Milan 1516).

Il est considéré comme le plus célèbre des élèves de Léonard de Vinci, au point qu'on a prononcé son nom pour certaines œuvres controversées du maître, telles que la Madone Litta (Ermitage) et la Belle Ferronnière (Louvre), comme auteur ou, tout au moins, comme collaborateur du maître pour ces peintures. Sa personnalité est difficile à définir, ses œuvres attestées se réduisant à trois tableaux d'autel : La Vierge à l'Enfant et les saints Jean-Baptiste et Sébastien entre deux donateurs (1500, dite Pala Casio, Louvre, provenant de l'église de la Misericordia à Bologne) ; la Sainte Barbe (1502, musées de Berlin, provenant de l'église S. Satiro à Milan) ; la Pala Bassano da Ponte (1508, musée de Budapest, provenant de la cathédrale de Lodi).

On décèle dans ces compositions — à différents degrés et à côté d'une inspiration essentiellement léonardesque, proche de celle qui est ressentie par Solario — des réminiscences lombardes issues de Bramantino et surtout des échos de Pérugin et de Francia, ainsi que de l'art flamand. Ces caractères particuliers de l'art de Boltraffio ont permis de lui attribuer (Gerolamo Casio, Milan, Brera) certains portraits, La Madone à l'œillet (Milan, musée Poldi Pezzoli) représente sans doute la plus belle interprétation par un élève d'un thème léonardesque.