En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pieter Boel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre flamand (Anvers 1622  – Paris 1674).

Fils d'un graveur, il fut peut-être l'élève de Snyders et très probablement celui de Fyt, dont il assimila la manière au point que l'on confond souvent ces deux artistes. Il fit le voyage de Rome et s'arrêta à Gênes, où il avait un oncle, le peintre marchand Cornelis de Wael. Signalé de nouveau à Anvers en 1650, date à laquelle il se marie et devient franc maître, il se fixe à Paris en 1668, travaille aux Gobelins sous la direction de Le Brun en même temps que Van der Meulen — avec qui il se lie —, Nicasius Bernaerts et Baudewyns, puis devient peintre ordinaire du roi. Il reprend maintes fois un thème favori de Fyt, celui des pièces de gibier en plein air gardées par des chiens. Il est aussi l'auteur de tableaux plus personnels : Vanité (1663, musée de Lille ; une autre version en collaboration avec Jordaens, Bruxelles, M. R. B. A.). Il y excelle dans le rendu des orfèvreries, tandis que ses somptueuses " bordures " (fruits, oiseaux et tissus amassés sur des balustrades de parc) pour les tapisseries des Mois ou des Demeures royales tissées d'après Le Brun annoncent directement les Trophées de Desportes et de J.-B. Oudry. D'autre part, ses lapins morts ont dû attirer l'attention de Chardin (tableau de ce dernier au Louvre). Si Boel recherche davantage que Fyt la précision et la vigueur des contrastes, il exploite aussi parfois une palette plus riante et doit à son séjour italien une touche plus large. Ainsi montre-t-il d'évidentes affinités avec le Génois Castiglione, à qui fut longtemps attribué son énorme et fastueux Animaux et ustensiles du Louvre.

Ses études d'animaux (plus de 200 au Louvre) révèlent un dessinateur d'un sain réalisme. On doit lui rendre un certain nombre d'études du même genre, peintes sur fond rose, dispersées à travers les musées de province français et attribuées à tort à Desportes (dépôts du Louvre de 1892 ; quinze sont aujourd'hui conservées au Louvre).