En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Anna Boch

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre belge (La Louvière, Saint-Vaast, 1848  – Bruxelles 1933).

Elle est la sœur d'Eugène Boch et la cousine d'Octave Maus. Élève d'Isidore Verheyden, c'est à son contact qu'Anna est sensibilisée à la peinture en plein air. Sa rencontre avec Van Rysselberghe, grâce à qui elle découvre les jeunes avant-gardistes belges, détermine son adhésion à l'Impressionnisme autochtone. Elle abandonne les couleurs sombres de ses débuts pour d'autres plus lumineuses. En 1885, l'artiste adhère au groupe des Vingt (c'est lors de l'une de ses expositions qu'elle achète le seul tableau que Van Gogh ait vendu de son vivant : la Vigne rouge). Comme son cousin, elle s'intéresse à tous les arts et organise des " lundis musicaux " où se rencontrent les membres des Vingt, des musiciens et des compositeurs. C'est pendant cette période qu'elle fait de nombreux voyages dans le sud de la France, en Italie et dans d'autres pays méditerranéens. Au moment de l'engouement pour le Néo-Impressionnisme de Seurat (1889-90), Anna fragmente sa touche pour accroître le luminisme de ses œuvres, mais n'adopte pas pour autant la précision scientifique du Divisionnisme. Ses œuvres témoignent d'un Impressionnisme original (Dunes au soleil, v. 1903, musée d'Ixelles ; Côtes de Bretagne, 1901, Bruxelles, M. R. B. A.). Son art s'inscrit cependant dans le sillage de Monet. En 1904, elle adhère au nouveau cercle de " Vie et lumière " ; ses sujets sont souvent des intérieurs ornés de fleurs où dominent le rose et le violet, ses touches se divisent en virgules. Anna Boch est également connue pour son activité de céramiste.