En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Boccaccio, dit il Boccaccino

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Crémone v.  1465  – id. v.  1525).

Crémone, relais entre Venise et l'Italie centrale, fut le principal centre de son activité, surtout après 1506 : il y devint le chef d'une véritable école. Élève d'Alvise Vivarini, il se forma dans les ateliers de Ferrare (où il est mentionné au service du duc Ercole Ier de 1497 à 1500), fortement marqué par les interventions d'Ercole de Roberti et le style doux de Costa (Chemin du Calvaire, Londres, N. G. ; Mort de la Vierge, Ferrare, P. N. Il fut ensuite attiré à Venise (où il se trouvait av. 1505) par l'art pastoral de Cima da Conegliano et le luminisme de Giorgione (Sainte Conversation, Venise, Accademia ; Circoncision, Crémone, Dôme). Il fut également sensible à l'influence de Bramantino et aux problèmes de perspective (Annonciation, id.) et il étudia certainement des gravures nordiques.

Le Saint Jean et le Saint Matthieu, vestiges d'un polyptyque disparu (Florence, Pitti, donation Contini-Bonacossi), témoignent de l'intérêt pour Dürer. L'important ensemble de fresques de la nef du dôme de Crémone (1515-19) révèle sinon une forte originalité, du moins ce style large, animé, pittoresque et raffiné qui lui valut un réel ascendant sur les artistes lombards.