En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Juhana Blomstedt

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre finlandais (Helsinki 1937).

Petit-fils de Sibelius, il entre à l'École des beaux-arts d'Helsinki en 1957, s'intéresse à l'art abstrait, à la démarche de Malévitch, et rencontre Vasarely en 1959. En 1960, il réalise le rideau de l'auditorium de l'Institut des travailleurs à Helsinki et, vers 1964, deux compositions pour le Théâtre universitaire d'Helsinki. Puis il séjourne un an en Espagne, à Formentera, et s'établit à Paris en 1966 pour seize ans. En 1971-72, il enseigne au Minneapolis College of Arts and Design. À Paris, il a régulièrement ses expositions personnelles : gal. du Haut Pavé (1967), gal. Daniel Gervis (1970-71-74-77). À Helsinki : gal. Artek (1968-73-76-78-80-83 et en 1991). À Göteborg, Bergame (1976), Venise (Biennale de 1982), Paris (Fiac de 1978 et de 1982). Il participe à de nombreuses expositions de groupe : Aalborg, Biennale de São Paulo (1968), Bâle (Kunstmesse 1969-70), Salon de mai, Paris (1970-71-76-77-78), Fiac (1974-75-76-77-79-80-81-83), Cagnes-sur-Mer (Festival international de la peinture, 1976), Dublin, Belfast (1976), Budapest, Vienne (1980), Lisbonne, Sapporo (1981). Parmi ses œuvres publiques (Helsinki, Courbevoie, Toulouse), les " panneaux glissants " (1970) de la maison des jeunes et de la culture de Toulouse-Mirail illustrent le style noir et blanc, les oppositions positif/négatif, obscurité/lumière, fin/commencement qui sous-tendent le travail de J. Blomstedt. Les peintures de Blomstedt contiennent à la fois des éléments figuratifs et non figuratifs, des illusions spatiales et de pures surfaces, des lignes graphiques et des plans de couleur sans qu'il essaie jamais d'agir sur ces éléments conflictuels pour les harmoniser : il les laisse plutôt s'organiser d'eux-mêmes. Ainsi de la série " The listening eye " des années 80, où des lignes graphiques rigoureuses règnent sur des masses colorées et chaotiques, reflétant peut-être là le désir d'organiser ce chaos, de le soumettre aux lois de la logique et de la conscience, dans la quête éternelle d'une forme rationnelle et d'une explication de l'univers, du sens de l'existence. Le F. N. A. C. a acquis deux de ses œuvres : Trois Mouvements (1976) et Porte de labyrinthe (1982). Ses œuvres sont représentées à Helsinki (collections de la Ville et Kuntsi, musées de l'Ateneum et Amos Anderson), à Pori, Tampere, Rostock, Vaasa et Bâle.