En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Anthonie Van Montfoort, dit Blocklandt

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Montfoort 1533/34  – Utrecht 1583).

Élève de son oncle Hendrick Van Montfoort à Delft et de Frans Floris à Anvers v. 1550-52, il revint en 1552 en Hollande, puis alla en 1572 en Italie, en passant très probablement par Paris. Revenu la même année aux Pays-Bas, il se fixa à Utrecht, où on le trouve inscrit à la gilde de Saint-Luc en 1577 ; il fut le maître de Cornelis Ketel et de Michiel Jansz Mierevelt. On conserve de lui quelques rares tableaux religieux ayant échappé aux troubles iconoclastes du xvie s., tels le Triptyque de l'Assomption, peint en 1579 pour Sainte-Marie d'Utrecht, actuellement conservé dans l'église de Bingen sur le Rhin, Joseph devant le Pharaon (1583, musée d'Utrecht), Jacob recevant la tunique de Joseph (musée diocésain de Kreising), l'Adoration des bergers (Budapest, musée)le Martyre de saint Jacques (musée de Gouda), et un volet à double face comportant à l'extérieur Saint Philippe sur un fond de paysage, ce qui est assez rare dans l'œuvre du peintre, et, sur le côté intérieur, le Baptême du Christ (musée de Lille). Blocklandt reste très proche des romanistes flamands tournés vers une sorte d'académisme issu de l'atelier de Floris, tels Marten de Vos et Frans I. Pourbus, mais son voyage en Italie et sa connaissance de Vasari, de Salviati, de Polidoro da Caravaggio, des Zuccari et surtout de Parmesan ont joué un rôle décisif ; c'est à ce dernier qu'il a emprunté son goût pour l'élongation et la flexibilité des silhouettes sinon pour un raffinement chromatique largement contrebalancé par le souci de rhétorique ; introduisant largement à Utrecht le maniérisme toscan et émilien, il a influencé ainsi toute la génération de maniéristes néerlandais de la fin du xvie s., celle de Bloemaert, de Mierevelt et de Wtewael. La gravure a joué pour lui, comme pour Floris, un rôle très actif de diffusion qui a beaucoup contribué à accroître son importance. Philipp Galle, entre autres, fut l'un de ses principaux graveurs.