En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Herri Met de Bles

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre flamand d'origine mosane (Bouvignes, près de Dinant, v.  1510  – ?  1555).

Van Mander le mentionne en précisant que son nom est un sobriquet : " Herri à la houppe ". Serait-il Henri de Patinir, reçu franc maître en 1535, neveu de Joachim ? On ne connaît de Bles aucune œuvre signée ou attestée par une pièce d'archives. Peintre de paysages animés de scènes diverses, il est proche de la conception de Patinir, ce que montrent des œuvres comme la Sainte Famille (musée de Bâle), le Paysage avec les travaux de la mine de cuivre (Offices), Moïse et le buisson ardent (Naples, Capodimonte). Mais, à la différence de Patinir, Bles anime volontiers l'espace démesuré de ses compositions en y insérant des scènes d'histoire aux personnages multiples, qui introduisent dans l'harmonie générale, bleu-vert-brun héritée de Patinir, des notes colorées très vibrantes. Si l'on n'est pas sûr qu'il ait réellement terminé ses jours à la cour des ducs d'Este à Ferrare, on sait qu'il a séjourné en Italie, où il est connu sous le nom de Henri de Dinant ou sous le surnom de Civetta (" chouette ") en raison de la chouette que, d'après Van Mander, il introduisait dans ses compositions ; celle-ci figure à côté de son autoportrait gravé en 1600 par Ph. Galle. Cet emblème, d'ailleurs choisi par d'autres artistes, se retrouve dans un groupe de tableaux voisins, tels le Paysage avec le bon Samaritain (1577 ?, Namur, Musée archéologique), le Paysage avec les travaux de la mine (musée de Budapest), le Paysage avec la fuite en Égypte (Copenhague, S. M. f. K.), la Prédication de saint Jean-Baptiste (Dresde, Gg, et Vienne, K. M.). On y remarque les caractères qui lui sont propres : touches peu liées, palette chaleureuse, compositions aux multiples détails où le fantastique le dispute à un réalisme certain qui annonce la tradition des paysages flamands de la seconde moitié du xvie s.