En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Guillaume Bijl

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste belge (Anvers 1946).

Guillaume Bijl conçoit ses premières œuvres au sein de l'esprit critique et anarchiste des années 70. Dès son projet S. O. S. liquidation de l'art, il développe un propos relevant de la fiction et interrogeant l'objet dans une optique du monde organisée en structures closes. Bijl signale ces entités par des installations stéréotypées réalisées à l'échelle 1/1 (Institut psychiatrique, 1981 ; Abri antiatomique, 1985 ; Centre d'information de l'armée, 1987), qu'il insère dans les lieux réservés aux expositions d'art contemporain (musées ou galeries). Grâce à une perfection mimétique, il provoque ainsi une confusion des espaces concernés. L'interprétation des désirs constitue le thème de ces tableaux vivants en forme de redoublement, dont l'effet de miroir clarifie le processus d'une vie sociale organisée autour de besoins personnels, notion que Bijl réfute. À l'instar des rayons de grands magasins (Nouveau Supermarché, gal. Litmann, Bâle, 1990), ces " opérations fallacieuses " s'ouvrent sur l'indicible et le grand nombre. Les œuvres récentes de Bijl, les Compositions trouvées, manifestent un intérêt pour le fragment, où la partie vaut pour le tout, telle une nature morte à trois dimensions.

Bijl démantèle également le système de la production artistique avec l'exposition Four American Artists (1987-1988, Milan puis Dortmund). Rassemblant quatre artistes fictifs, dont l'inexistence est compensée par des œuvres à la mode (néo-expressionnistes, néo-conceptuelles) et par un appareil biographique et bibliographique, cette exposition fixe le caractère convenu de la diffusion et de la réception de l'art. Inassimilable aux artistes simulationnistes américains comme Haim Steinbach, Bijl radicalise la violence contenue dans le ready-made de Marcel Duchamp et accorde une attention picturale à l'esthétique des lieux publics. Ses Compositions ont été présentées (Paris, gal. I. Brachot) en 1993 et une exposition a eu lieu (Anvers, M. A. C.) en 1996.