En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacopo Zanguidi, dit il Bertoja

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Parme 1544  – id. 1574).

Au service du duc Ottavio Farnèse, il collabora, sans doute dès 1568, avec Girolamo Mirola au Palazzo del Giardino à Parme (fresques des salles d'Orphée et de l'Aetas felicior ; fragments d'autres compositions à la G. N. de Parme, mais sa participation à ces travaux est aujourd'hui minimisée). De ce moment date probablement le Vénus et Adonis du Louvre, un de ses rares tableaux de chevalet conservés ; ses premières œuvres (Vierge de Miséricorde, 1564, Parme, G. N.) montrent l'influence de Parmesan et du maniérisme émilien (Tibaldi, Nicolò dell'Abbate), puis des peintres flamands (Calvaert, Spranger). Il élargit cette culture à Rome, au service du cardinal Alessandro Farnèse (1569, oratoire du Gonfalone), et surtout à Caprarola (fresques des salles de la Pénitence, des Jugements, des Songes et des Anges) de 1569 à sa mort, au contact du maniérisme romain. Brillant décorateur, il représente l'ultime maniérisme de l'école de Parme, son inspiration raffinée, érotique et courtoise, son goût pour le fantastique et le paysage.