En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alonso Berruguete

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Paredes de Nava v. 1488  – Tolède 1561).

Instruit par son père, P. Berruguete, dans l'art de peindre, il étudia également la sculpture et l'architecture. À Rome, où il se trouvait en 1508, il devint le disciple de Michel-Ange, puis travailla à Florence, où il participa à l'achèvement du Couronnement de la Vierge (Louvre), commencé par Filippino Lippi. Berruguete semble avoir exercé alors une influence décisive sur Pontormo et Rosso, mais les œuvres de cette période sont encore mal connues (Salomé, Offices ; Sainte Famille, gal. Borghèse, Rome ; Madone, Munich, Alte Pin.). De retour en Espagne v. 1518, il jouit d'une réputation supérieure à celle de tous les artistes de sa génération même si sa carrière est difficile. Peintre de Charle V, il ne réalise pas les peintures murales de la chapelle royale de Grenade et se consacre essentiellement à la sculpture. L'influence de Michel-Ange est sensible dans ses sculptures, tandis que ses œuvres peintes l'apparentent au maniérisme toscan de Rosso et à celui des élèves de Raphaël. Dans le retable consacré à saint Benoît (musée de Valladolid) apparaissent les interférences entre peinture et sculpture. Berruguete dote ses statues d'une riche polychromie et donne aux personnages des tableaux un relief accusé. Le paysage est à peine évoqué ; sur un fond neutre, le modelé accentué des corps, l'abondance des draperies agitées et les attitudes tourmentées transposent en peinture l'art fougueux du sculpteur. La Nativité et la Fuite en Égypte se déroulent sous une lumière crépusculaire ; la palette aux tons froids, où les gris prédominent, durcit les contours. Le visage de la Vierge s'inspire de Raphaël, mais les physionomies masculines évoquent les prophètes de la Sixtine. Le sens dramatique et le goût du clair-obscur deviennent plus intenses dans les tableaux du retable du collège des Irlandais à Salamanque v. 1530 et celui du couvent de Sainte-Ursule à Tolède (1546). On attribue également à Alonso Berruguete une Crucifixion conservée au musée de Valladolid, une série de panneaux avec des Scènes de la vie de la Vierge et de sainte Lucie à l'église S. Eulalia de Paredes de Nava et une Mise au tombeau à l'église S. Pietro de Fuentes de Nava. D'intéressants dessins, préparatoires à ses œuvres sculptées sont conservés à Florence (Offices) et à Paris (Louvre et E.N.S.B.A.).