En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Berckheyde

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres néerlandais.

Job (Haarlem 1630  – id.  1693). Il peignit des architectures urbaines (Oudegracht de Haarlem, 1666, Mauritshuis) dans des tons chauds et un sentiment délicat de la lumière ; il eut le mérite d'initier son frère Gerrit à un genre qui devait faire sa célébrité. On lui doit également des intérieurs d'églises (Saint-Bavon de Haarlem, son sujet favori en ce domaine, 1674, Rijksmuseum), des scènes de genre dans le goût leydois, quelques scènes bibliques et même des portraits. Un bon exemple de sa manière comparable à celle d'Emmanuel de Witte se voit à Rotterdam (Bourse d'Amsterdam, B. V. B.). Moins connu que Gerrit, il fut sans doute un artiste d'une personnalité plus forte ; l'une de ses œuvres est notamment magnifique, l'Or de Gratch à Haarlem (Mauritshuis).

Gerrit (Haarlem 1638 – id. 1698). Il est, avec Van der Heyden, le plus connu des peintres d'architectures néerlandais, spécialisé comme lui dans les vues urbaines. Il fut l'élève de Frans Hals et de son frère Job, à qui il dut sa formation de peintre topographe. Les deux frères devaient d'ailleurs faire un voyage en 1650 en Allemagne et aller travailler à la cour du prince palatin à Heidelberg. Si Gerrit n'est pas moins précis et exact que son frère, sa palette est beaucoup plus discrète et nuancée, sa lumière plus froide. L'harmonie de ses gris et de ses bruns possède une belle rigueur avec parfois de curieuses tonalités mauves, et fait presque oublier la monotonie de ses descriptions topographiques, trop exactes. Parmi ses motifs préférés, citons la Grande Place d'Haarlem (musée de Lyon ; Offices ; Londres, N. G.), le Dam d'Amsterdam (Rijksmuseum, Louvre), le Binnenhof de La Haye. On lui doit aussi quelques curieuses Vues de forêt (Rijksmuseum). Le musée de Douai conserve un exceptionnel Berckheyde : Vue de la Spaarne à Haarlem (1667). Très célèbre à son époque, l'artiste a eu de nombreux imitateurs.