En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicolaes Berchem

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Haarlem 1620  – Amsterdam 1683).

Fils d'un peintre de natures mortes, Pieter Claesz, il se forma auprès de Jan Van Goyen, Nicolaes Moyaert, Pieter Grebber et Jan Wils, mais ces artistes ne semblent pas l'avoir influencé. En 1642, il entre dans la gilde des peintres de Haarlem. Les œuvres de son concitoyen Pieter Van Laer, rentré à Haarlem en 1639 après un voyage en Italie, semblent alors retenir toute son attention. En effet, le thème du paysage méridional, où l'accent est mis sur les bergers et leurs troupeaux, a été introduit par Van Laer v. 1630 et constitue le motif principal du répertoire de Berchem (Paysage avec Laban et Rachel, 1643, Munich, Alte Pin.). L'artiste visita l'Italie une première fois entre l'hiver 1642 et 1645. Au cours de cette période, Berchem groupe ses bergères et ses animaux autour d'un bouquet d'arbres qui limite le tableau sur l'un de ses côtés ; sa manière, encore un peu maladroite, évoque celle de Van Laer. Vers 1650, le peintre a exécuté quelques scènes bibliques et mythologiques remarquables, qui rappellent les tableaux historiques de Salomon de Bray et de Caesar Van Everdingen. Ce n'est qu'après 1650 que le talent de paysagiste de Berchem commence à s'affirmer, peut-être sous l'influence d'un second voyage en Italie, qui aurait eu lieu dans les années 1653-1656 (Paysage aux grands arbres, 1658, Louvre). Ce qui est sûr, c'est que les œuvres de Jan Both et de Jan Asselijn, exactement contemporains, l'influencent d'une manière précise. Esprit particulièrement inventif et universel, Berchem n'a rien d'un éclectique. En utilisant une série de motifs — collines, eaux, arbres, bergers, animaux —, il atteint à une diversité dans la composition, le style et l'atmosphère (Paysage avec des animaux, 1656, Rijksmuseum). En une seule année, il exécute parfois des toiles qui diffèrent profondément les unes des autres. Pourtant, un dynamisme nerveux, manifesté dans les œuvres ultérieures, fait penser à Adam Pijnacker. Mais Berchem sait toujours trouver l'équilibre entre un mouvement inventif et une composition maîtrisée jusque dans les détails. On connaît plus de 800 tableaux de sa main ainsi que des séries de gravures avec bergers et animaux et un grand nombre de dessins. Son œuvre, qui semble annoncer le style rococo (Concert sur une place publique, musée de Rouen), a exercé une grande influence, en particulier sur la scène pastorale française du xviiie s. (Paysage à la tour, 1656, Rijksmuseum). Il fut considéré comme l'un des maîtres les plus estimés du xviie s. hollandais jusqu'à la fin du xixe s., mais son œuvre, qui connut un discrédit pendant la période impressionniste (l'Anglais John Constable conseillait aux collectionneurs de brûler leurs tableaux de Berchem), bénéficie de nos jours d'un regain de faveur. Berchem est représenté dans la plupart des grands musées, au Rijksmuseum, au Louvre, à Dresde (Gg), à l'Ermitage, à Londres (N. G.), à Munich (Alte Pin.).