En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thomas Hart Benton

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Neosho, Missouri, 1889  – Kansas City 1975).

Après un an d'étude à l'Art Inst. de Chicago (1907), il se rend à Paris, où il reste jusqu'en 1912 et où il se lie d'amitié avec MacDonald-Wright. Il témoigne alors d'un goût très vif pour les innovations de l'avant-garde, passion qui se démentira vite. À son retour aux États-Unis, il devient en effet le chef de file et le porte-parole des " Régionalistes ", peintres attachés aux valeurs les plus traditionnelles de la vieille Amérique : chantres nostalgiques de la vie rurale des plaines à blé de l'Ouest et des champs de coton du Sud, censeurs de la vie " décadente " des grandes cités, ils sont opposés à l'internationalisme et au modernisme. Personnage véhément, Benton a pratiqué un art timide et composite où se retrouvent curieusement mêlés des personnages boursouflés et michélangelesques, des déformations expressionnistes et des traits propres à l'imagerie populaire (Cotton Pieckers, Georgia, 1932 ; July Hay, 1943, New york, Metr. Museum). Le meilleur de cet art est exprimé dans de vastes décors muraux pour édifices publics, comme à l'université de l'État d'Indiana et à la New School for Social Research de New York. Benton fut nommé, en 1926, à l'Art Student's League de New York, où il fut professeur, notamment, de Jackson Pollock. Une rétrospective itinérante de son œuvre a eu lieu aux États-Unis en 1989-90.