En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hans Bellmer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre, dessinateur et graveur français d'origine allemande (Katowice 1902  – Paris 1975).

Tempérament indépendant et rebelle à l'autorité paternelle, il vient à Berlin en 1922, où il suit les cours de la Technische Hochschule (1923-24), se lie avec Georg Grosz, et, au cours d'un séjour de trois mois à Paris (hiver 1924-25), découvre Pascin et prend contact avec les surréalistes. Il doit travailler de 1926 à 1932 comme dessinateur de publicité industrielle. Son art prend forme à partir de la Poupée, mannequin de petite fille dont les membres disloqués et l'expression sentimentale niaise ou équivoque offrent le contraste le plus saisissant et l'aliment le plus vivace à la troublante imagination érotique. À la fin de 1938, Bellmer s'installe à Paris et fréquente le groupe surréaliste. Dessinateur, il procède techniquement de la grande tradition germanique, celle de Grünewald et de Baldung Grien. En esprit, son art est spontanément surréaliste, dans l'expression jaillissante de la " beauté convulsive " réclamée par André Breton ; inlassablement, Bellmer inventorie le domaine interdit de l'érotisme, où concourent l'obsession adolescente, le rêve freudien, la rancune virile et le dégoût de la satiété. Ses courbes chantantes et dures, modelant volumes et cavités, témoignent en faveur d'une lancinante absence ou d'une évidence chaotique aussi désespérée (Mains de demi-mijaurée, 1934 ; Talon-aiguille, 1961). Visionnaire et voyeur, ses " transferts anatomiques " (nez-phallus, narines-testicules, visage se formant sous les fesses) témoignent de la richesse associative d'une imagination qui, dit-il, " puise exclusivement dans l'expérience corporelle " (l'Aigle mademoiselle, gravure du Petit Traité de morale, 1968). Outre ses dessins, Bellmer laisse des peintures, des gravures (à partir de 1944), des sculptures. Il illustre notamment Alcools d'Apollinaire (1948), Justine de Sade (1950), Dialogues de Joë Bousquet (1958). Il expose dans la plupart des manifestations du groupe surréaliste de 1935 à 1958 et participe à la Documenta de Kassel en 1966. Il a plusieurs expositions personnelles, au Stedelijk Museum d'Amsterdam (1970), au C. N. A. C. de Paris (1971). En 1983, le M. N. A. M. de Paris présenta son travail photographique. Cette œuvre rare ne fut longtemps accessible que dans les coll. part. Bellmer est représenté dans de grands musées (Paris, M. N. A. M., et New York, M. O. M. A.).