En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Beham

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres allemands.

Hans Sebald (Nuremberg 1500  – Francfort 1550). Il est, avec son frère Barthel, une des figures les plus intéressantes du groupe des " petits maîtres " de l'école de Dürer. Banni de Nuremberg en 1525 à cause de ses idées hérétiques, il se réfugia à Francfort et obtint la protection du cardinal Albert de Brandebourg, archevêque de Mayence et électeur du Saint Empire. C'est pour lui qu'il peignit en 1534 le curieux " plateau de la table " (Louvre) où les quatres scènes de la Vie de David sont transposées avec minutie et fraîcheur (les Femmes sortent de Jérusalem à la rencontre de Saül et David ; le Bain de Bethsabée, avec le portrait du cardinal Albert de Brandebourg à droite ; David envoie Urie au siège de Rabbath ; le Prophète Nathan devant David, avec le portrait de l'artiste à gauche). Le parfait état de conservation de cette œuvre exceptionnelle permet d'apprécier la précision du dessin, digne d'un miniaturiste, mais aussi la fantaisie d'une imagination qui se plaît à multiplier les détails savoureux du point de vue tant narratif que chromatique. Si les exemples de sa peinture sont extrêmement rares (quelques miniatures dans un livre de prières d'Albert de Brandebourg, à la bibl. d'Aschaffenburg), il n'en est pas de même pour ses gravures, sur cuivre ou sur bois, qui ont établi sa renommée (plus d'un millier de pièces). Influencé à ses débuts par Dürer et Raimondi, l'artiste acquit par la suite une originalité propre, créant des compositions où s'allient élégance et fantaisie.

Barthel (Nuremberg v. 1502 – Bologne 1540). Il se forma à Nuremberg, sans doute dans l'atelier de Dürer, puis à Munich, dans celui de Hans Müelich. Peintre de Guillaume IV, il exécuta pour ce dernier en 1530 une Invention de la Croix (Munich, Alte Pin.), où abondent les réminiscences de Dürer et de l'Italie. Plus à l'aise dans le portrait, il a laissé d'intéressantes et sobres effigies des divers membres de la Cour (Comte palatin Ottheinrich, 1535, Munich, Alte Pin. ; Comte palatin Johann, id.) ainsi que de personnages de naissance moins illustre (Hans Ligsalz, 1528, Oslo, Ng. ; Magdalena Pittrichin, id. ; Ruprecht Stüpf, Ursula Stüpf, Madrid, fondation Thyssen-Bornemisza ; la Femme au perroquet, Vienne, K. M.). C'est toutefois dans le domaine de la gravure que se manifeste toute la variété de son talent (env. 100 pièces). Habile à composer des petites scènes populaires, Barthel Beham compte parmi les meilleurs maîtres secondaires de l'école de Nuremberg.