En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Claudio Francesco Beaumont

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Turin 1694  – id. 1766).

Après un séjour à Bologne (1716), il se rend à Rome, où il réside jusqu'en 1719 puis de 1723 à 1731, période pendant laquelle il travaille sous la direction de F. Trevisani, qui eut une grande influence sur lui. Il reçoit alors plusieurs commandes pour le Palais royal de Turin (en particulier celle d'un plafond avec l'Aurore, qu'il expédia de Rome). Recommandé par Trevisani, Beaumont est admis, comme il l'avait déjà été lors de son premier séjour, dans le cercle des pensionnaires de l'Académie de France à Rome. Des documents révèlent son intense activité à cette époque (travaux au château de Rivoli et au Palais royal de Turin). Collaborateur de l'architecte Juvara, il fait preuve comme lui de virtuosité et d'habileté, mais adopte davantage le style rococo de l'Académie romaine, en faveur dans l'entourage du cardinal Ottoboni. Rappelé par le roi à Turin en 1730, il y effectue différentes décorations, en particulier les toiles pour la basilique de Superga (près de Turin). Ces tableaux sont marqués par le goût de Maratta et par des réminiscences de Giacinto Brandi. Sebastiano Conca et Trevisani. En 1731, le roi lui commande la décoration de son bureau et de son cabinet de toilette (les toiles de l'oratoire attenant sont l'œuvre de Carle Van Loo). En 1736, après les premières manifestations du " style rocaille ", Beaumont fournit des cartons pour des tapisseries. Il accentue l'intensité de ses coloris. Le plafond avec le Jugement de Pâris, situé au-dessus des laques et des corniches réalisées par Juvara dans le cabinet chinois du Palais royal, date de 1737 et rappelle encore la manière de Trevisani. Les fresques de la Grande Galerie (ou Armurerie royale), peintes à la même époque (1737), révèlent au contraire les influences du Napolitain Solimena et des Vénitiens Ricci et Pittoni. Durant cette période, Beaumont travailla également dans de nombreuses églises piémontaises.