En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

William Baziotes

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre américain (Pittsburgh, Pennsylvanie, 1912  – New York 1963).

Sa carrière illustre la préoccupation dominante de l'école de New York, qui consiste à intégrer l'aspect pratique, organisateur, des formes du Surréalisme dans la genèse du style. Après avoir travaillé pour une fabrique de vitraux en Pennsylvanie, il connut la vie pénible de New York pendant la crise économique, tout en étudiant à l'Académie nationale de dessin et en participant au Federal Art Project. Au cours de ces années, il fit preuve d'un intérêt constant pour ce que l'on désigne généralement par Surréalisme " biomorphique " et qui trahit, dans le jeu de motifs librement répartis, la nette influence de Miró et de Arp. Au moyen d'une couleur subtile, il atteignit une simplification qui suggère un contenu psychanalytique, évocateur du monde de Jung (Congo, 1954, Los Angeles, L. A. C. M. A.). Il refusa toujours la peinture sensuelle en faveur auprès de ses contemporains et continua à exalter un symbolisme qui mettait en cause la notion de création artistique elle-même. En 1948, il forma avec Motherwell, Hare et Rothko l'école " Subjects of the Artists ". Il est représenté au Metropolitan Museum (le Dragon, 1950), où eut lieu en 1965 une exposition commémorative, au Guggenheim Museum et au M. O. M. A. de New York, où sont conservées ses œuvres principales, ainsi qu'à Detroit (Inst. of Arts) et à Buffalo (Albright-Knox Art Gal.).