En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Wilhelm Baur

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Miniaturiste et graveur allemand (Strasbourg v.  1600  – Vienne  1640).

Après avoir étudié à Strasbourg, chez le graveur et miniaturiste Brentel, il voyagea en Italie de 1631 à 1637, travaillant d'abord à Naples, puis, à partir de 1634, à Rome ; comme dessinateur et graveur, son inspiration s'apparente à l'art de Callot et de Stefano della Bella, mais sa technique se ressent de sa formation de miniaturiste. Il réalisa une série de gravures pour le De Bello Belgico de Strada, qui parut à Rome en 1640. En 1637, Ferdinand III, qui appréciait ses miniatures sur parchemin, l'appela à Vienne et le nomma peintre de la Cour. C'est là qu'il exécuta sa suite d'illustrations (151 gravures) pour les Métamorphoses d'Ovide, où de nombreux artistes viendront puiser sujets et motifs. L'Iconographia (148 pièces, sujets religieux, paysages et ports de mer) fut gravée et publiée en 1670 par Melchior Küssel à Augsbourg. Son œuvre dessiné, y compris les miniatures, resta très recherché jusque dans le courant du xviiie s. Le Louvre (département des Arts graphiques) possède, venant de la collection de Mazarin, une série de miniatures sur vélin comportant d'étonnants paysages et, dans un exceptionnel format panoramique, les Cortèges d'un pape et d'un sultan (1634). Quant à sa peinture, qu'il aurait souvent reproduit lui-même, aucune œuvre aujourd'hui ne peut lui être attribuée de façon sûre.