En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marcel-Louis Baugniet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre belge (Liège 1896-Bruxelles 1995).

Marcel-Louis Baugniet est l'élève de Jean Delville en 1915 à l'Académie des beaux-arts de Bruxelles. Il va se montrer très tôt influencé par Frank Kupka et Albert Gleizes. Dès 1922, il est lié avec le milieu de l'avant-garde belge autour de la revue 7 arts. Son tableau l'Homme du rail (1923) s'apparente par son sujet, ses formes schématiques et sa recherche de l'imagerie populaire aux recherches qui sont faites à la même époque par des artistes tels que Peter Alma ou plus tard Félix Aublet. Dans un style très proche du purisme, il essaye de traduire des sujets empruntés à la vie moderne : Joueur de tennis (1926, Bruxelles, M. R. B. A.). Parallèlement, il exécute une peinture abstraite, marquée au départ par l'œuvre de Kandinsky et de Moholy-Nagy, qui représente la phase wallonne de la tendance constructiviste. Il réalise également à cette époque quelques reliefs. Baugniet s'est tout de suite intéressé aux arts appliqués. En 1925, il dessine les costumes de la danseuse Akarova, réalise des décors de théâtre, s'intéresse à la typographie et crée des pièces de mobilier et des aménagements intérieurs, allant même jusqu'à fonder une entreprise, " Formes nouvelles ", pour diffuser ses productions. Marcel-Louis Baugniet a repris son activité artistique dans le courant des années 70, en réalisant notamment de nombreux collages.