En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Paul Baudry

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (La Roche-sur-Yon 1828  – Paris 1886).

Ce brillant prix de Rome (1850) peignit toute sa vie avec prédilection des nus féminins, nymphes et déesses, aux poses souples et à la carnation délicate (la Fortune et le jeune enfant, Salon de 1857, Paris, Orsay ; la Toilette de Vénus, 1858, musée de Bordeaux). Malgré le vif succès de sa Charlotte Corday (Salon de 1861, musée de Nantes), il délaissa les sujets historiques pour le portrait, où il connut un succès mondain (Portrait de Madeleine Brohan, 1860, Paris, Orsay), et les thèmes religieux, où il se montra tantôt un peu mièvre (Saint Jean-Baptiste, 1857, musée d'Amiens), tantôt très savant décorateur (la Vision de saint Hubert, 1882, Chantilly, musée Condé). Son admiration profonde de la Renaissance italienne transparaît dans ses grands plafonds mythologiques, si habiles et lumineux (l'Enlèvement de Psyché, 1884, id.).

Pour le foyer de l'Opéra (1864-1874), Baudry composa avec science un vaste décor allégorique qui recouvre 3 plafonds et 30 panneaux d'encadrement. Il y révèle peut-être trop de fidélité au Classicisme (les Poètes civilisateurs), mais aussi une facture élargie et un talent sûr de coloriste (les Muses). Il mourut avant d'avoir exécuté au Panthéon cette Vie de Jeanne d'Arc qu'il rêva durant huit années.