En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marcantonio Bassetti

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Véronne 1586  – id.  1630).

Élève de F. Brusasorzi à Vérone, il se rendit ensuite à Venise, où il s'intéressa surtout à Tintoret. Un séjour à Rome, entre 1616 et 1620 environ, fut déterminant pour la formation de sa personnalité, qui mériterait bien plus d'attention qu'on ne lui en a accordé jusqu'ici. Dès sa première œuvre romaine, en effet, il montra une réaction toute personnelle aux principes du Caravagisme (Complainte sur le Christ mort, Rome, Gal. Borghèse), auquel il parvint sans doute par l'intermédiaire de Borgianni et de Saraceni, qui l'avait accueilli dans son cercle et avec qui il collabora, en compagnie de Turchi, à la décoration à fresque de la Sala Regia au Quirinal. Le dépassement de la tradition maniériste, aussi bien celle de Vérone que celle de Venise, n'est pas pour lui, comme pour beaucoup d'autres caravagesques, un processus laborieux de libération ; il s'agit d'un acte polémique accompli en premier lieu sur les schémas que cette même tradition lui avait transmis, qu'il adopte volontairement pour les opposer à la nouvelle vision et, en quelque sorte, les caricaturer. Il en résulte un langage violent, très proche, dans son chef-d'œuvre, les Cinq Évêques de Vérone (Vérone, S. Stefano), de 1619, de celui du maître lombard. Lorsque Bassetti retourna dans sa ville, son ton se fit plus rustique, atteignant parfois des accents brutaux dans la recherche d'une puissante expressivité (Incrédulité de saint Thomas, Vérone, Castel Vecchio), ou bien sobre et contrôlé, dans certains portraits dont la force psychologique a été, non sans raison, comparée à celle de Rembrandt (Saint Antoine lisant un livre ; vieillard avec un livre, id.). Dans le Couronnement de la Vierge de Sant'Anastasia de Vérone (vers 1628), il rejoint la grande tradition vénitienne. Avec Turchi et Ottino, ses compatriotes, il fit de Vérone l'un des principaux foyers caravagesques de l'Italie du Nord ; il fut, de ce trio, la personnalité la plus forte.