En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francesco Bartolozzi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Graveur italien (Florence 1727  – Lisbonne 1815).

Fils d'un orfèvre, il travailla d'abord à Florence et à Venise comme buriniste, gravant d'après les maîtres italiens (les Mois, 1761, d'après G. Zocchi). Il vint à Londres en 1764 et ne devait le quitter que pour partir résider en 1802 à Lisbonne, où il s'occupa de l'Académie nationale des beaux-arts. Il popularisa durant son long séjour le procédé du pointillé, dirigeant un atelier qui donna une multitude d'estampes et fut l'un des foyers de la gravure en Grande-Bretagne à la fin du xviiie s. Ses pièces, souvent tirées dans une seule couleur, rouge pour imiter la sanguine, verte, sépia, connurent un grand succès car elles répondaient au goût du temps par leurs sujets et leur valeur essentiellement décorative. La tendance sentimentale de Bartolozzi s'adaptait particulièrement à l'œuvre de son ami le Florentin G. B. Cipriani (1727-1785) ou à celui d'A. Kauffmann. Il travailla d'après S. Ricci, Dolci, les Bolonais (Carrache, Guerchin) et d'après les portraitistes Anglais contemporains (Reynolds, Gainsborough). Membre fondateur de la R. A. (1768), Bartolozzi eut de nombreux élèves, comme son compatriote Luigi Schiavonetti (1765-1810).