En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bartolo di Fredi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Sienne v.  1330  – id.  1410).

L'un des mieux connus parmi les petits maîtres travaillant à Sienne et dans la région environnante grâce à une vie politique active et à une intense production artistique dont une partie est bien documentée mais parfois perdue. Sa première œuvre documentée, la Madone de la Miséricorde, (v. 1364), est conservée au musée de Pienza. Parmi ses œuvres identifiées, citons les fresques de l'Ancien Testament à la collégiale de San Gimignano, de 1367, les fresques de la Vie de la Vierge de S. Agostino de San Gimignano et celles de S. Agostino de Montalcino, et les parties des retables de 1382 et de 1388 au musée de Montalcino ; il fut un vulgarisateur fécond, et dépourvu d'imagination, des thèmes les plus dépassés de la tradition siennoise. La P. N. de Sienne conserve plusieurs de ses œuvres (Adoration des mages), le Louvre, une Présentation au Temple (1388), qui imite celle d'Ambrogio Lorenzetti (Offices). Le musée du Petit Palais à Avignon conserve plusieurs œuvres de Bartolo, notamment l'Adoration des Bergers dont il existe une interprétation voisine (New York, Metr. Museum, Cloisters) et un Saint Jean l'Évangéliste qui fait partie d'un polyptyque dont d'autres panneaux sont conservés aux musées de Quimper et de Kansas City. Au musée de Chambéry est présenté un grand retable provenant de San Domenico de Sienne (1397).

Son fils Andrea di Bartolo (connu à Sienne de 1389 à 1428) travailla dans la manière de son père. En 1389, il s'inscrit au " Breve dell'arte " et collabore avec Luca di Tommé et avec son père à une œuvre destinée au dôme de Sienne. Ses œuvres, souvent des panneaux provenant de polyptyques démembrés, figurent dans la plupart des musées (Avignon, Baltimore) possèdant des collections de primitifs italiens et à la P. N. de Sienne.