En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Rafael Perez Gimenez Barradas, dit Rafael Barradas

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre uruguayen (Montevideo 1890  –id. 1929).

Autodidacte de formation , fils d'un peintre espagnol réfugié en Argentine, Rafael Barradas expose ses premiers travaux au Salon Moretti de Montevideo en 1910. Trois ans plus tard, en août 1913, il quitte l'Amérique du Sud pour l'Europe et débarque à Gênes pour rejoindre Milan, où il découvre l'effervescence futuriste dont le dynamisme urbain le retiendra. Il se rend l'année suivante en Espagne et réside à Barcelone, entre 1916 et 1918, qui est, à cette époque, notamment grâce à l'activisme de la galerie Dalmau, un foyer de nouvelles recherches. Il y retrouve son compatriote Joaquim Torres Garcia. Barradas collabore aux revues avant-gardistes catalanes (Arc-Voltaïc, Un Ennemic del Poble, Proa) en livrant des dessins " vibrationnistes ", esquisses dynamiques représentant, dans un style futuriste édulcoré, des vues de ports, des cafés et des rues de Barcelone. Entre 1918 et 1925, Barradas s'installe à Madrid où il devient l'un des principaux illustrateurs des revues ultraïstes. Il partage de nombreuses discussions avec Guillermo de Torre et Gómez de la Serna, rencontre probablement à cette époque les Delaunay dont le simultanéisme avait orienté sa palette des années 1917-1919. Durant cette période madrilène, il réalise de solides portraits stylisés dont la gamme chromatique s'assombrit peu à peu. Entre 1925 et 1928, il regagne à nouveau la Catalogne, s'installe aux environs de Barcelone, à l'Hospitalet de Llobregat. Atteint d'une grave maladie, il regagne Montevideo où il meurt en février 1929.

Une importante rétrospective de son œuvre a circulé en Espagne en 1992 et 1993. Elle a permis de confirmer le rôle déterminant joué par Barradas dans la diffusion des avant-gardes en Espagne, notamment du mouvement futuriste.