En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Federico Fiori, dit Barocci ou Baroccio, en français Baroche

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Urbino 1535  – id. 1612).

Il ne reste pas de trace de son apprentissage, qui se fit à Rome, v. 1555, dans le milieu des Zuccaro. Un Saint Sébastien exécuté dès 1557-58 pour le dôme d'Urbino montre, à travers le souvenir de Raphaël et de Michel-Ange, un attachement aux déformations expressives du Maniérisme. Au cours d'un second séjour romain, Baroche dirige la décoration du Casino de Pie IV au Vatican (1561-1563), dont la complexité un peu forcée évoque le parti adopté à la même date par les Zuccaro à la Sala Regia du Vatican. Cependant, avec la Déposition du dôme d'Urbino, son premier chef-d'œuvre (1567-1569), il rompt nettement avec les formules un peu stéréotypées du Maniérisme et affirme un style tout personnel, faisant appel, par la simplicité des effets dramatiques, à l'émotivité le plus facilement ressentie. Fixé désormais à la cour d'Urbino, qu'il ne quittera guère plus, Baroche exécute pour la famille ducale de nombreuses peintures de dévotion et quelques portraits (Francesco Mario della Rovere, 1572, Offices) d'une grâce finement maniérée, recherchant les harmonies rares. L'influence de Corrège s'affirme nettement dans sa manière : silhouettes glissantes des personnages au canon court, draperies légères, enveloppe feutrée des volumes : Repos pendant la fuite en Égypte (1570, Vatican), Vierge au chat (v. 1573-74, Londres, N. G.). Dans un registre différent, avec une ampleur et une audace nouvelles, Baroche réalise au cours des années qui suivent ses plus étonnantes compositions, aux constructions désarticulées et aux rythmes circulaires, d'une ferveur à la fois

étrange et familière, accordée au climat religieux de la Contre-Réforme. Citons en particulier la Madone du peuple (1575-1579, Offices) et le Martyre de saint Vital (1583, Brera). Baroche développera ces recherches spatiales et chromatiques dans de grands retables religieux, dont certains sont demeurés en place et qui annoncent déjà le xviiie s. : Circoncision (1590, Louvre), Présentation au Temple (1593-94, Rome, Chiesa Nuova), Madone du Rosaire (v. 1590, Senigallia, Palazzo Vescovile). Entre 1586 et 1589, Baroche exécute pour l'empereur Rodolphe II une Fuite d'Énée (perdue) au coloris tendre et nuancé, utilisant subtilement les vides et faisant une large part aux effets de lumière, que l'on retrouve dans les " nocturnes " intimistes des dernières années (Nativité, v. 1597, Prado). À la fin de sa vie, Baroche tend vers une nouvelle intimité dans le traitement des sujets religieux (Cène,1599, Urbino, Duomo) ; Crucifixion, 1604, Madrid, Prado ; Extase de la Bienheureuse Michelina, 1606, Rome, P. V.). Ses dessins, très nombreux et d'une grande liberté, sont parfois exécutés au pastel. Il fut aussi graveur.

Peintre d'origine provinciale, formé dans le milieu romain de la suite de Raphaël, actif à Pesaro, Milan, Rome et Gênes, Baroche développe, à l'intérieur même du Maniérisme, des formules originales que reprendra l'art baroque et qui trouveront déjà audience auprès d'artistes comme F. Vanni ou L. Carracci.