En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Barbault

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Viarmes 1718  –Rome 1762).

Élève de Jean Restout, il n'est guère connu que pour quelques toiles et gravures, toutes exécutées à Rome, où sa présence est attestée à partir de 1747. Deux ans plus tard, l'artiste, sans avoir obtenu de prix, est pensionnaire de l'Académie de France, mais, sans doute à la suite de la disgrâce du directeur, Jean-François de Troy, qui lui avait confié la réalisation d'une copie du Baptême de Constantin de Raphaël, il en fut expulsé (1753). Les Quatre Parties du monde (1751, musée de Besançon), les portraits de ses camarades de l'Académie, déguisés lors de la mascarade turque de 1748 (Sultane grecque et Prêtre de la Loi, Louvre), font de Barbault l'un des artistes les plus spirituels de la colonie française de Rome. Sa touche, plus chaude que celle d'un Jean-François de Troy, d'un Subleyras ou d'un Vleughels, l'humour de son invention, la vivacité de son exécution (Cocher du pape, musée de Dijon ; Fille dotée et Chevau-léger, musée d'Orléans ; deux Paysages, musée d'Angers ; un autre à Londres, Courtauld Inst.) le mettent au rang des meilleurs petits maîtres du temps. Une exposition consacrée au peintre s'est tenue en 1974-75 dans les musées de Beauvais, Angers et Valence.