En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Lev Davidovitch Baranov, dit Vladimir Baranoff-Rossiné

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur russe (Kherson, Ukraine, 1888  – Paris 1942).

Après des études à Odessa et à Saint-Pétersbourg, il participe à Moscou, de 1907 à 1909, aux expositions de l'avant-garde russe : " Stephanos ", " Le Maillon ", " Vienok Stephanos ", aux côtés de Larionov, de Gontcharova, des frères Bourliouk et s'intéresse comme eux aux problèmes de la couleur ; il expérimente alors divers procédés, du Cloisonnisme à la touche orientée de Van Gogh. Il s'installe à la Ruche ; proche des Delaunay, il réalise des toiles orphistes rythmées et simultanément ses premières sculptures : assemblages de morceaux de bois, de plaques de métal polychromes (Symphonie n° 1, 1913, New York, M. E. M. A.). Il est à Paris de 1910 à 1914 et n'est pas indifférent au Cubisme (la Forge, 1911, Paris, M. N. A. M.). Après un court passage en Scandinavie, il demeure en Russie de 1917 à 1925 ; il y enseigne aux Svomas de Petrograd, puis aux Vhutemas moscovites, et continue sa carrière de peintre (Composition sans objet, 1918, Saratov, musée A. N. Raditschev ; Composition, 1918 ( ?), Moscou Gal. Tretiakov) ; en 1925, il revient à Paris et fonde une académie de peinture. À partir de 1915, il avait commencé à mettre au point son " piano optophonique ", présenté à Moscou au théâtre Meyerhold et au théâtre du Bolchoï en 1924, qui associe le son et la couleur : les touches du clavier commandent les mouvements de disques colorés au travers desquels passe le faisceau de lumière d'un projecteur. Une reconstitution de cet appareil (1971), qui anticipait sur les réalisations cinétistes, est conservée au M. N. A. M. de Paris, qui a consacré en 1972-73 une exposition à Baranoff-Rossiné.