En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bande noire

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Le surnom de " peintres de la Bande noire " fut donné à quelques peintres français qui, séduits par les violents contrastes du pays breton, exposaient à la Société nationale des beaux-arts des œuvres aux couleurs sombres. Charles Cottet dans l'Enterrement breton (1895, musée de Lille), Lucien Simon dans la Procession (1901, musée d'Orsay) exprimaient la rudesse primitive des marins. Ils s'inspiraient à la fois du réalisme de Courbet et de la construction cézannienne pour rendre l'immuabilité de cette terre mélancolique dans des toiles solides où le trait vigoureux souligne la composition par masses. Si Cottet resta fidèle à cette âpre inspiration (Au pays de la mer, 1898, musée d'Orsay), la retrouvant dans les collines arides d'Espagne, Simon brossa aussi de beaux portraits (Autoportrait, 1909, musée de Lyon) et des scènes intimes plus impressionnistes (Causerie du soir, 1902, Stockholm, Nm). André Dauchez peignit surtout des grèves et des landes monotones (les Brûleurs de goémon, 1898, musée de Moulins), tandis que René Ménard exécutait des paysages historiques (Premières Étoiles, 1899, musée de Lyon) et de grandes décorations bucoliques d'une poésie sereine (l'Âge d'or, 1909, Paris, panneaux peints pour la faculté de droit, déposés en 1970, actuellement au musée d'Orsay). Vers 1900, ils participent avec Aman-Jean, Prinet et les frères Saglio aux activités de la Société nouvelle, à la galerie Georges Petit. La plupart des peintres de la Bande noire sont représentés au musée de Quimper qui a organisé successivement en 1981 et 1984 une exposition des œuvres de Lucien Simon et de Charles Cottet. Mais la Bande noire, cette stylisation du réalisme, n'a pas encore fait l'objet d'une grande rétrospective qui lui donne sa juste place à côté des réalistes synthétiques belges, néerlandais ou nordiques. Le musée du Petit Palais (Paris) possède la grande esquisse d'un portrait collectif du groupe, peint par Lucien Simon en 1899, acquis par le musée de Pittsburgh et malheureusement détruit dans un accident.