En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Olle Baertling

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste suédois (Halmstad 1911  – Stockholm 1981).

En 1938, à Stockholm, Olle Baertling commence à peindre en autodidacte dans un style voisin de l'Expressionnisme, avant de se consacrer à la réalisation de portraits matissiens.

Élève de Fernand Léger et d'André Lhote à Paris, en 1948, l'influence de la peinture de Mondrian le déterminera de manière décisive. Il expose pour la première fois à Stockholm en 1949, puis, en 1950, appuyé par Herbin, il accède au Salon des réalités nouvelles à Paris. Durant cette phase de sa carrière, son travail se ressent de ces rencontres, et Baertling tente de diriger ses investigations vers une aptitude à transcrire le mouvement à l'aide de champs colorés diversement orientés et dont l'agencement diagonal crée une dynamique ascendante ou descendante. Dès 1952, il établit sa conception des triangles ouverts : le mouvement résulte d'une combinaison de lignes noires et d'intenses contrastes de couleurs. En 1954, ces champs colorés angulaires sont enrichis (Yoyan, 1970) par une pratique complémentaire de la sculpture : XYL, 1967 (Washington, Hirshorn Foundation). Aucune délimitation ne dissocie nettement, chez Baertling, le sculptural du pictural. Précurseur de la forme ouverte, il envisage ces deux catégories comme la projection d'une même volonté de structurer l'espace. Dans cet esprit, son œuvre s'intégrant parfaitement à l'architecture, il réalise en 1959-1960 une composition murale pour un building de Stockholm qui marque le début d'une collaboration croissante à l'aménagement et à l'amélioration de l'espace urbain. La galerie Denise René, à Paris, lui consacre en 1974 une rétrospective suivie, trois ans plus tard, par la galerie Karsten Greve, à Cologne. L'année de sa mort, la Lijevalchs Konsthall de Stockholm organise un hommage à cet artiste qui concilia dans son œuvre certains aspects " minimalistes " se manifestant précocement et une préoccupation de dynamisme chromatique propre à l'Abstraction géométrique des années 1950.