En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hendrick Avercamp

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Amsterdam 1585  – Kampen 1634).

Il fut surnommé, à cause de son infirmité, le muet de Kampen (" de stomme van Campen "). Il dut passer son enfance à Kampen, où son père, apothicaire, habitait dès 1586, mais il alla sans doute se former à Amsterdam. On peut en effet l'identifier avec le " muet " qui habitait dans cette ville en 1607, chez le peintre Pieter Isaacsz, ancien élève de Cornelis Ketel et de Hans von Aachen et auteur de portraits de corporation (1596 et 1599, Rijksmuseum).

Toutefois, l'art d'Avercamp ne fut aucunement influencé par Isaacsz et paraît bien plutôt marqué par le milieu amsterdamois de Gillis Van Coninxloo et des émigrés flamands comme Vinckboons et d'autres paysagistes proches de Bruegel de Velours. De tels peintres en effet procède la formule, chère à Avercamp, des paysages d'hiver à l'horizon relevé de façon très archaïque et animés par une foule de petits personnages alertes et multicolores qui témoignent encore d'un sentiment décoratif et maniériste du paysage et du coloris ; le jeu linéaire et gratuit des branches d'arbres, sombres sur un fond clair, si analogue à celui dont usent un Joos de Momper ou un Gysbert Lytens, confirme cet état d'esprit. Il y a pourtant loin du fantastique maniériste d'un Coninxloo ou d'un Savery à la " gentillesse " toujours sage d'Avercamp. Celui-ci réserve une attention nouvelle à la description réaliste de ses foules, réduit les arbres à un simple jeu de coulisses, observe avec rigueur les lois de la perspective décroissante et ne se sert des taches de couleurs vives des costumes que pour mieux souligner le parti d'unification monochrome de ses Vues d'hiver, où les valeurs de la neige blanche, de la glace gris-vert et du ciel clair jouent finalement le premier rôle. Ainsi se trouvent en germe chez Avercamp, comme chez son contemporain Esaïas Van de Velde, les deux grandes orientations de la peinture néerlandaise : la scène de genre et le paysage. Ainsi, tels paysages en tondo (Londres, N. G.) annoncent directement les premières œuvres de Van Goyen. Dans ses tableaux plus tardifs, Avercamp précisera justement cette évolution moderne en fondant davantage le ciel et l'horizon, en allongeant le format, qui devient toujours plus rectangulaire, en soumettant les couleurs locales à la tonalité atmosphérique de l'ensemble, tandis que ses dessins, la plupart conçus comme des œuvres achevées — le plus souvent aquarellés et dont la production se multiplie — témoignent d'une attention de plus en plus intelligente à la réalité et à l'observation anecdotique du petit peuple hollandais ; c'est ce qui a fait à juste titre leur grand succès et leur rapide célébrité (au xviiie s., Ploos Van Amstel en a gravé des fac-similés).

Les tableaux d'Avercamp sont assez nombreux, mais varient peu dans leur sujet ; ceux qui sont datés s'échelonnent de 1601 à 1632, la plupart ayant été peints à Kampen, car l'artiste y était retourné avant 1613. Un exemple a contrario curieux, qui mérite d'être cité rapporte un événement du temps mais en l'intégrant au monde de l'artiste : c'est le Roi et la Reine de Bohême sur le vivier gelé à La Haye (Haarlem, musée Teylers). De bons exemples de sa manière se trouvent dans les musées de Rotterdam, de La Haye, d'Amsterdam, de Londres et de Cologne.

Son neveu Barend (Kampen [ ?] 1612/13 – id. 1679) fut doyen de la gilde de Kampen en 1656, 1662, 1677 ; il prolongea d'une façon rétrograde et sur le plan local la formule mise au point par son oncle presque au début du siècle. Mais la facture de ce suiveur dévoué est quelque peu sèche et lourde : Scène de patinage à Kempen (Louvre, legs de Croÿ).