En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Geneviève Asse

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Vannes 1923).

Elle fréquente de 1940 à 1942 l'École des arts décoratifs de Paris, mais préfère dessiner et peindre librement d'après des objets et copier au Louvre, surtout d'après Chardin. Elle s'est dès lors limitée d'instinct aux valeurs essentielles de la peinture : la lumière et l'espace traduits en nuances impondérables d'une extrême justesse et soumis à un ordre géométrique strict, bien qu'à peine visible (Route de Mantes, 1953). Elle expose dès 1947 au Salon des moins de trente ans, où elle est remarquée par le collectionneur Jean Bauret, qui lui commandera des dessins de tissus, et fait sa première exposition particulière en 1954 à la gal. Michel Warren. L'expérience du vitrail (École technique d'Albi, 1967) la conduisit à préciser dans ses peintures l'organisation concentrique des rythmes de lumières (Cercles-paysages) ou sa structure verticale (série de Portes). Ces portes (Porte, 1968, Paris, M. N. A. M. ; Porte-paysage, Marseille, musée Cantini) indiquent le chemin poursuivi par l'artiste jusque dans les années 1980 : force de la verticalité, symétrie légèrement décalée, grands plans diaphanes, jeu des espaces dans l'ombre et la lumière. Toutes ces composantes sont obtenues essentiellement grâce à de nombreuses nuances de bleus, parfois soulignés par de minces lignes de blanc teintées de rouge (Ligne rouge III, 1986). Son œuvre gravé, au burin, est également très riche (exposition de l'œuvre gravé complet, musée d'Art et d'Histoire, Genève, 1977) et comprend de nombreuses illustrations de livres : l'Air de Pierre Lecuire, 1964 ; Ici en deux d'André du Bouchet, 1982. L'artiste a également créé des tapisseries pour la manufacture de Beauvais, des tapis pour les manufactures des Gobelins et de Lodève (Ligne bleue,1984, Mobilier national) et des céramiques pour la manufacture de Sèvres. Elle est représentée dans de nombreux musées : Nantes, Paris (M. N. A. M.), Zurich (Kunsthaus), et son œuvre a fait l'objet de rétrospectives au M. A. M. de la Ville de Paris en 1988.