En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michael Asher

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste américain (Los Angeles 1943).

En 1967, il vient à peine d'achever ses études à l'université d'Irvine en Californie qu'il connaît sa première exposition de groupe, " I am Alive ", au Los Angeles County Museum of Art. La démarche de Michael Asher ne vise pourtant pas à produire un objet — peinture ou sculpture — mais à perturber le temps d'une exposition l'espace muséal dans lequel il inscrit sa présence. La structure qui sert habituellement de support à la présentation d'œuvres d'art devient, alors, à son tour, œuvre d'artiste. En se manifestant à l'intérieur d'un espace, celui-ci tente d'en faire varier l'état, en produisant un écart. Ainsi, en 1977, invité au Stedelijk Van Abbe Museum d'Eindhoven, Asher profita de la symétrie de la structure architecturale en divisant l'espace en deux moitiés identiques. Dans l'une, il fit retirer les structures translucides du faux plafond, dévoilant ainsi la charpente de métal et le toit de verre. La lumière du jour et le bruit du dehors parvenaient au visiteur. Dans l'autre moitié, il fit accrocher les œuvres de la collection permanente, donnant à cet espace un fonctionnement muséal normal. La remise en place progressive du faux plafond débuta le jour de l'inauguration et l'exposition se termina lorsque l'espace eut retrouvé son intégrité. Pour cet acte, Michael Asher, au même titre que celui d'un Broodthaers ou d'un Buren, tente de se glisser dans le milieu de l'art pour le parasiter. Il cherche à produire un autre sens que celui de l'idéologie dominante. Michael Asher a participé à de nombreuses expositions internationales : Documenta 5 et 7 à Kassel, Biennale de Venise en 1976, et a " exposé " dans les plus prestigieux musées américains et en 1991 à Paris (M. N. A. M.).